Trends 2019 in de horeca

Vendredi 18 janvier 2019 —

Bière aux aiguilles de pin, glace au tahin et beetchup (ketchup de betterave): nous allons cette année manger beaucoup plus sain, selon les tendances apparues lors de la foire professionnelle Horecava qui a eu lieu début janvier, les excès bourguignons restent présents aussi et oui, la vague du Gin Tonic est passée.

Plus qu'avant, chaque repas devient un choix pour ou contre. Donc pas ou moins de sel et de sucre pour éviter l'insuffisance cardiaque et une glycémie instable. Ou plus de protéines pour des "tablettes de chocolat" en béton. Les producteurs jouent sur ces tendances en développant des produits "no", "low" ou "pro". Ainsi la trendwatcher Esther Haanschoten a vu dans des magasins d'alimentation précurseurs, à Londres, Paris et New York, des rayons pleins de produits riches en protéine, jusqu'au au lait pour café, et les sandwichs ne comporte plus quatre mais deux tranches de pain, généreusement garnies d'un pouce de poulet. Selon une autre trendwatcher, productrice de plus de quarante livres de cuisine, Anneke Ammerlaan, il faut aussi croire à l'alcool, mais se retrouver chaque semaine à moitié ivre au comptoir est de moins en moins "hype".

En même temps, la malbouffe ne disparait pas de l'offre, constate Luuk Scholte, directeur de la foire Horecava. Car quand, avec un sourire béat, nous partageons notre "péché" photogénique sur Instagram, nous optons selon lui consciemment pour un moment de plaisir. Et avec la même conviction, en 2019 aussi, nous trempons aussi souvent les lèvres dans un cocktail de luxe. "Sachant que l'alcool n'est pas sain, nous voulons profiter d'un plaisir supplémentaire quand nous buvons quand même: cela a commencé avec l'essor des bières et vins spéciaux, et s'est poursuivi avec l'offre élargie de rhums, gins, bourbons, mixés ou non avec des boissons telles que le cola ou le tonic. Et la vague du gin tonic? Elle devrait être terminée.  C'est tout à fait en phase avec la préférence pour les produits locaux, qui couronne le genièvre – distillé depuis des siècles dans nos contrées – comme le nouveau gin.

En dehors de son plaisir et de sa santé, le consommateur devient plus attentif à la santé de la terre et des animaux. Cela donne lieu à un nouveau mouvement, celui des "reducetarians", qui trouvent que manger intégralement vegan ou même végétarien est trop strict et essaient de réduire quand même la quantité de produits d'origine animale dans leur alimentation, selon divers idéaux tels que le bien-être animal, la diversité des cultures et la réduction des émissions de CO2. En outre, il constate que les superaliments locaux gagnent en valorisation: pourquoi important des graines de chia et du quinoa exotiques quand nous produisons ici des bombes de vitamine comme les choux de Bruxelles ou les prunes? Et cela signifie aussi pas de fraises en janvier car hors saison.

Les pailles en plastique sont de moins en moins bienvenues dans les bars et les sous-bocks en liège prennent la place de variantes en carton. Schotte constate aussi que beaucoup de nouveaux produits sont présentés sous le dénominateur de la durabilité, comme les raviers à frites à base de betterave.

La tendance vegan se poursuit en 2019. Donc des légumes dans votre petit-déjeuner et votre pain, un dressing végétal sur votre salade et des aiguilles de pin dans votre bière. Une étude a révélé récemment qu'au restaurant les consommateurs avaient souvent autant de plaisir en dégustant plus de légumes et moins de viande, lorsque l'assiette était dressée d'une façon appétissante, avec une salade ou des légumes.

Le consommateur se préoccupe de plus en plus de sa propre santé et de celle de mère nature, mais cela doit quand même rester bon et facile à faire. C'est surtout la livraison de produits alimentaires qui croît comme des champignons. La demande en plats prêts à l'emploi augmente aussi, mais ils doivent être bons et sains. Donc pas une potée débordant de sel et de conservateurs, mais des paquets de soupe fraiche ou de savoureuse tourte. Et le plateau de charcuterie, fromages et crackers, qui n'est, par nature, pas sain ou vegan, doit être excellent. Et avec une bouteille de genièvre, cela nous mènera vers un moment de plaisir conscient.

Source: www.ad.nl